ARM fournit ses designs de puces à tous les constructeurs échappant à la liste noire de l

Après Apple, Nvidia étudie une acquisition du designer de puces ARM, qui était tombé dans l'escarcelle de Softbank en septembre 2016.

Une opération transaction estimée à une trentaine de milliards de dollars.

En difficulté suite à des investissements hasardeux - Oneyo, Oyo et Wework notamment - le groupe japonais Softbank est amené à se délester de certains actifs avec des cessions ou des introductions en bourse. Une entreprise intéresse beaucoup de monde : le britannique ARM. Le designer de puces, fondé à l’origine par Acorn, Apple et VLSI à Cambridge en 1990...

Lire la suite de l'article sur LeMondeInformatique